Histoire inspirante : La case qui brûle …

Histoire inspirante : la case qui brûle

 

La case qui brûle

Une histoire inspirante sur le sens des épreuves …

 

La naufrage 

En 1902, pendant l’un de ces grands voyages maritimes à vapeur du début du XX siècle, le Prince Jean, célèbre paquebot, coula au beau milieu de l’océan Pacifique, au beau milieu d’une terrible tempête tropicale. Seul Antoine, par un destin unique, a été emporté par les flots, loin des débris jonchant la mer. Il fut rejeté sur un atoll désert, pratiquement sans ressources.

Seul au monde 

Il survivait en mangeant des coquillages récoltés dans les coraux, au bord de l’eau. Il buvait les quelques gouttes d’eau de pluie que retenaient les anfractuosités des rochers après les averses tropicales. Seul au monde, désespéré, il priait chaque jour le seigneur qu’il ne meure pas abandonné ici. Mais, jours après jour, aucun bateau ne se profilait à l’horizon.

La case

La situation devenait d’autant plus difficile que, l’été arrivant, peu à peu, le soleil du tropique du capricorne devenait plus ardent et, la chaleur augmentant, les orages devenaient de plus en plus violents. C’est pourquoi, Antoine décida de bâtir une case afin de se protéger des éléments. Pour en réaliser l’ossature et la charpente, il utilisa toutes les branches d’arbres morts roulés par les flots qu’il pouvait trouver sur la plage. Il posa des feuilles de cocotier sur son ouvrage pour constituer un toit épais. Il pu ainsi s’installer à l’ombre et au sec, et protéger les maigres effets qu’il avait pu sauver du naufrage.

La case qui brûle

Ainsi la vie reprenait et Antoine partait à la pêche ou à la recherche d’eau d’un pas plus léger. Mais un jour, alors qu’il revenait de la chasse, il vit un énorme panache de fumée au dessus de son campement. Il couru pour constater le désastre de sa demeure qui finissait de se consumer. Pris de désespoir, seul au monde, il décida de se laisser mourir. Il s’allongea sur la plage, les bras en croix, et attendit que la mort vienne le cueillir.

La signal

Le lendemain matin, alors que l’aube pointait, il était étendu toujours sur la plage, dans la même posture de résignation, laissant le soleil et le temps faire leur œuvre de libération. C’est alors qu’il pris conscience d’hommes penchés sur lui. Il ouvrit les yeux et vit cinq marins qui lui proposaient de l’eau et l’aidaient à se relever pour rejoindre leur bateau mouillé à quelques encablures du rivage. Il suivit ces hommes jusqu’au bateau où le capitaine l’accueilli. Antoine remercia le ciel d’avoir permis au bateau de mouiller dans cette crique. C’est alors que le capitaine lui dit : « Votre signal de fumée était parfait : visible à des dizaines de miles à la ronde ».

Cette histoire vous a inspiré ?

Partagez avec nous dans les commentaires quelle sagesse vous tirez de cette histoire 🙂

9 Comments

  • Aby

    Reply Reply mars 21, 2016

    Derrière chaque événement qui nous dépasse se cache une véritable sagesse

  • My

    Reply Reply mars 22, 2016

    Faire les causes et ne pas compter sur ces causes.

  • Karim

    Reply Reply mars 22, 2016

    Dans la vie il n y a pas de hasard. Dans un mal il y a toujours un bien. Garder espoir et patienter les mots clé de la vie, à mon sens.

  • nour

    Reply Reply mars 22, 2016

    Nous ne connaissons vraiment pas l’envers du décor qui se cache derrière chaque épreuve. Notre impatience et nos émotions nous poussent a interpréter nos épreuves d’une façon très sommaire. Faisons les causes pour avancer dans la vie et quoi qu’il arrive ne jamais s’arrêter aux obstacles qui nous entourent ces obstacles nous apprennent a sauter plus haut

  • Lami

    Reply Reply mars 22, 2016

    Tant qu’il y a la vie il y a de l’espoir , ne jamais baisser les bras même dans les moments difficiles où on croit que tout s’écroule autour de nous c’est peut être à ce moment là que tout peut changer donc il faut toujours continuer à tenter de s’en sortir et tout ce qui nous arrive à une signification positive à nous d’en comprendre le sens.

  • moussa ledattier

    Reply Reply juin 20, 2016

    Il faut chercher á faire les causes car elles sont pour nous l administration du seigneur…et Il aime nous voir faire les causes…cependant il ne faut surtout pas abandonner à l image de youssouf notre prophète beau gosse bien aimait qui était poursuivie par la femme du aziz mais il n a pas cédé à ses tentation et à continuer à faire les causes et à courir jusqu’au bout pour éviter le drame et voir l aide d Allah s elever

  • Nadia

    Reply Reply juin 24, 2016

    Apres la difficulté vient certes la facilité. Allah nous accorde une issue par un biais que nous n’avions pas du tout envisage. Al hamdoulilah

  • Nora

    Reply Reply octobre 20, 2016

    Il ne faut jamais désespérer devant les épreuves et les accepter les rend plus faciles à surmonter et Allah n’abandonne jamais ses serviteurs swt

  • salah

    Reply Reply mars 16, 2017

    trés fort comme situation. l’importance de laisser une part au Seigneur des mondes qui sait ce qu’on ne sait pas. nous sommes une communauté de l’effort et le résultat lui appartient

Leave A Response

* Denotes Required Field